Featured

Dans la presse, mon interpellation auprès du Ministre Prévot au sujet de la réhabilitation du canal de l’Espierre à Estaimpuis, moteur du développement touristique de l’entité…

Featured

Réponse à une question écrite sur la réhabilitation du canal de l’Espierre à Estaimpuis

Réponse de Monsieur le Ministre Maxime Prevot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine

Question :

Le canal de l’Espierre à Estaimpuis est un des moteurs du développement touristique de l’entité.
Malheureusement, une portion du chemin de halage faisant partie du RAVeL international W4 Leers Nord –
Anhée est complètement inutilisable et attend une réhabilitation.
Dans sa réponse du 22 décembre 2014 concernant la problématique du niveau praticable du chemin de
halage pour les vélos et les personnes à mobilité réduite du canal de l’Espierre à Estaimpuis, Monsieur le
Ministre précise que le mauvais état du chemin de halage (en asphalte) est dû principalement au
soulèvement du revêtement par les racines de l’alignement classé des peupliers implantés en bordure du
chemin. La réfection provisoire de certains tronçons a eu lieu en son temps.
L’administration étudiait à l’époque cette problématique. Il me revient qu’elle a bien déterminé une politique
de replantation et a introduit une demande de permis de bâtir refusé notamment sur l’argument des «
Monuments et sites » concernant l’alignement classé des peupliers.
Monsieur le Ministre peut-il préciser l’état d’avancement de la demande de permis de bâtir et les propositions
faites pas son administration quant au remplacement des quelque 1.500 peupliers à abattre ? Peut-il
présenter le budget et la planification de ces travaux de réhabilitation de ce tronçon primordial au
développement touristique de la commune d’Estaimpuis ?

Réponse :

Le Canal de l’Espierre est effectivement bordé, sur ses deux rives, d’alignements de 1608 peupliers (871 en rive gauche et 737 en rive droite) et de 16 arbres isolés d’autres essences. Ces arbres donnent à ce site des caractéristiques paysagères indéniables, ce qui a d’ailleurs valu que le site soit classé.

Une part non négligeable des peupliers qui constituent ces alignements ont été plantés, il y a plus de cinquante ans et ont atteint, voire même dépassé, leur maturité.
Depuis plusieurs années, des dégâts importants, tels que chutes de nombreuses branches charpentières et têtes d’arbres arrachées par le vent, fissures verticales, pieds creux, présence de champignons, sont régulièrement constatés et sont source de risques importants pour la sécurité des très nombreux promeneurs et autres usagers empruntant le chemin d’entretien repris dans le réseau RAVeL.

Au vu de la situation, mon administration a fait réaliser une inspection sanitaire de ces arbres, de laquelle en a découlé la décision de remplacer l’entièreté de la plantation d’alignement de peupliers classés bordant le canal, tant en rive gauche qu’en rive droite.
À ce jour, 163 arbres ont dû être abattus pour des raisons impérieuses de sécurité (91 en rive gauche et 72 en rive droite).

Par ailleurs, le système racinaire des peupliers a entraîné également des dégradations importantes au chemin d’entretien et présente un risque de déstabilisation de la berge même du Canal. Plusieurs réparations ponctuelles provisoires ont déjà été réalisées sur l’ensemble du chemin pour notamment reboucher les trous générés par le pourrissement des racines ou restaurer le revêtement soulevé.

Le permis d’urbanisme a effectivement été refusé par le fonctionnaire délégué en date du 2 septembre 2016, refus portant essentiellement sur le choix de l’essence de l’arbre. Un recours a été introduit, par mon administration, en date du 29 septembre 2016, au Gouvernement wallon. Ce recours est toujours en cours d’instruction. Dans l’hypothèse d’une issue favorable de celui-ci, la délivrance du permis devrait se situer dans le courant du premier trimestre de cette année.

Les travaux à réaliser consistent en l’abattage et la plantation d’arbres ainsi que la réfection du chemin de halage. Les travaux de plantation et de voirie sont indissociables pour des raisons techniques, administratives (imposition du permis), et de mobilité (limiter la durée et la longueur des itinéraires de déviations). Les documents de marchés publics vont être prochainement transmis à l’approbation de l’Inspection des Finances. Ils représentent un montant total estimé à 2.700.000euros. Ils feront l’objet d’un marché phasé en trois tronçons, avec un délai d’exécution si situant entre 70 et 80 jours ouvrables par tronçon. En fonction des disponibilités budgétaires, le début des travaux pourrait se situer fin 2017-début 2018.

Featured

Conférence PAC

Au plaisir de vous y retrouver nombreux !

Featured

Nos deux sexologues se sont confessés ce mardi de Saint-Valentin…Une prestation théâtrale sexo-informative proposée par le PAC-Mouscron!

Featured

Newsletter février

CV – Newsletter 201702[1]

Featured

Deux sexologues passent à confesse…

Featured

De belles rencontres pour les vœux à la Maison de la Laïcité…

Featured

download-clip_20170124_nord-eclair-mouscron_p-6-7

Featured

Le programme PAC-Mouscron du premier semestre 2017

Dossier Presse PAC – 201701

Featured

Le Bureau du PS prend 21 mesures fortes pour renforcer la gouvernance et l’éthique en Wallonie et à Bruxelles

Le Bureau du PS prend 21 mesures fortes pour renforcer la gouvernance et l’éthique en Wallonie et à Bruxelles

Comme annoncé par Elio Di Rupo jeudi, le Bureau du PS a adopté ce matin 21 mesures fortes (internes au PS ou qu’il défendra au niveau régional selon les cas) pour renforcer la gouvernance et l’éthique suite à l’affaire Publifin. Parmi celles-ci:
Une limitation stricte du cumul des revenus des mandataires: la loi prévoit que le montant des revenus de tout mandataire public ne peut dépasser 150% de l’indemnité parlementaire; le PS prend une règle interne plus stricte: ces revenus ne pourront dépasser le niveau de l’indemnité parlementaire.
Stop aux rémunérations excessives dans les intercommunales et suppression des organismes dont l’utilité n’est pas avérée: les gouvernements wallon et bruxellois doivent faire réaliser un screening exhaustif des intercommunales et autres organes supra communaux, de leurs missions, du nombre de représentants, de leurs rémunérations; et, au départ de ce screening, supprimer les organismes dont l’utilité n’est pas avérée et réduire les rémunérations excessives.
Lier la rémunération à la participation effective aux réunions et limiter les rémunérations des membres des organes restreints de gestion des intercommunales dont l’utilité est avérée: maximum 150 euros bruts pour un administrateur, 250 euros bruts pour un vice-président, 300 euros bruts pour un président.
Inclure les mandats dans une société privée dont les capitaux sont détenus par les pouvoirs publics et les « mandats dérivés de mandats dérivés » dans le calcul du plafond légal de 150% de l’indemnité parlementaire et du plafond de 100% applicable à tous les mandataires PS.
Interdire le cumul entre un mandat au sein d’un collège communal ou provincial et une fonction dirigeante dans une entreprise privée à participation publique.
Interdire de recourir à une société pour exercer un mandat public ou un mandat au sein d’une société à participation publique.
Ouvrir au public les réunions des conseils d’administration des intercommunales.
Elargir le cadastre des mandats à tout mandat public des élus et non-élus et le rendre public (y compris la rémunération).
Chaque disposition sera assortie d’une sanction dans l’hypothèse où elle ne serait pas respectée.

Vous pouvez retrouver ici la liste complète et le détail des mesures: Lire plus

Plus d’infos?

Caroline Tirmarche, 0496 87 82 90
Thomas Mels, 0478 38 56 68