Featured

Meilleurs voeux !

Christiane Vienne, Sénatrice, Députée Wallonne et Communautaire et l’USC de Mouscron ont le plaisir de vous inviter à partager un moment de convivialité et d’échanges lors des vœux qu’ils organisent !

Featured

Conférence PAC

Ce mardi soir, la conférence PAC-Mouscron s’est focalisée sur la « vie relationnelle, affective et sexuelle de la personne handicapée ». Serge Vilain, Directeur du Saja La Cigalière, et son équipe nous ont présenté leur travail au quotidien sur le sujet.

Featured

Sur No Télé… Commercer avec la Chine, comment et avec qui?
C’était le sujet d’une conférence PAC-Mouscron proposée aux PME de Wallonie Picarde mardi dernier.

Featured

Rappel… c’est demain !

Au plaisir de vous y retrouver nombreux !

Featured

Réponse à une question écrite sur les suites et l’état des lieux de l’appel à projets « circuits courts »

Réponse de Pierre-Yves Jeholet, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation

Question :

Le Gouvernement wallon a voulu un appel à projets pour soutenir le développement des filières et circuits courts. Cet appel à projets, lancé en 2016, avait donc pour objectif de soutenir des actions concrètes de développement économique qui permettent de créer des filières courtes, complètes et structurées pour rencontrer la demande des consommateurs. Concrètement, l’idée est de soutenir la création de « communautés territoriales de circuits courts » sur le territoire wallon, permettant la création de liens entre l’ensemble des acteurs « circuits courts » d’un territoire, du producteur au consommateur.

Sept projets ont été retenus et sont financés sur deux années. Un comité d’accompagnement des projets est opérationnel.

Monsieur le Ministre pourrait-il me préciser son mode de fonctionnement ?

Pourrait-il me présenter les actions concrètes mises en œuvre de développement économique qui promeuvent la démarche multi-acteurs attendue ?

Ces démarches ont-elles abouti à la coconstruction des actions collectives en filière courte sur chacun des territoires couverts par les opérateurs ?

Quelles sont-elles ?

Le Gouvernement wallon va-t-il réitérer ce type d’appel à projets favorisant pragmatiquement la consommation et la production wallonnes locales tout en limitant les émissions de CO2 dans la mise en pratique des circuits courts ?

Réponse :

En novembre 2016, le Gouvernement décidait de mesures visant à favoriser la consommation et la production en Wallonie. Dans ce cadre, un appel à projets a été lancé pour soutenir le développement des filières et circuits courts. Plus précisément, cet appel à projets vise à encourager la création de différentes communautés territoriales pour développer des projets économiques innovants dans le secteur agroalimentaire.

Une enveloppe de 1 050 000 euros est prévue pour les sept projets. La subvention accordée dans le cadre d’une convention porte sur un montant de 150 000 euros par projet pour une durée de deux ans. Les conventions de partenariat ont été établies et chacun des chefs de file des sept projets intègre la mise sur pied d’un comité d’accompagnement, constitué de représentants du porteur de projet et au moins un de ses partenaires, de l’AEI, d’un représentant du Ministre de l’Économie ainsi que d’un représentant du SPW- DG06-Direction de l’Économie sociale.

Par ailleurs, le comité d’accompagnement peut également inviter des experts reconnus sur la thématique. Ce comité d’accompagnement a entre autres pour mission d’élaborer des propositions pour la mise en œuvre d’actions en cohérence avec la stratégie et les actions menées à l’échelle wallonne, de s’assurer de la conformité des actions menées avec le plan d’actions ou encore d’approuver les rapports d’activité.

La démarche multi-acteurs et le maillage ont été voulus dès le début du processus. En effet, l’un des critères pour le dépôt des projets était qu’il soit porté par aux minimum trois partenaires – dont un opérateur du réseau AEI – et également soutenu par aux minimum trois « parrains » : des entreprises du territoire, des personnes-ressources du monde académique, etc. La complémentarité, l’ancrage territorial ainsi que la volonté des partenaires du projet d’insuffler une large mobilisation des acteurs économiques, institutionnels, associatifs et citoyens sur le territoire devait en outre être avérée.

Les conventions de partenariat ont été conclues en juin et septembre de cette année : les projets en sont dès lors dans leur première phase de mise en œuvre. Ils doivent se développer sur une durée de 2 ans. Il est donc prématuré d’en tirer un premier bilan.

Toutefois, à ce stade, plusieurs actions concrètes ont déjà été engrangées sur les différents territoires. De manière non-exhaustive, on peut notamment citer la réalisation de diagnostics territoriaux, l’organisation de rencontres visant à la réflexion autour d’un groupe-porteur pour le lancement d’une nouvelle coopérative de producteurs, la réalisation d’un programme informatique de e-commerce pour les coopératives en circuits courts ou encore divers évènements de sensibilisation et de fédération autour des circuits courts (producteurs, transformateurs, citoyens…).

Featured

Réponse à une question écrite sur les objectifs non atteints de réduction de CO2

Réponse de Jean-Luc Crucke, Ministre du Budget, des Finances, de l’Energie, du Climat et des Aéroports

Question :

L’Agence européenne de l’Environnement estime que la Belgique n’atteindra pas ses objectifs de réduction d’émission de CO2 en 2020. Le dépassement est estimé, par l’Agence, à 4 millions de tonnes d’équivalents CO2. Pour se mettre en règle, la Belgique devra probablement utiliser des « flexibilités » en achetant des droits d’émission d’autres États membres.

Ce constat d’échec serait confirmé dans le rapport de la Commission européenne sur les progrès réalisés deux ans après l’Accord de Paris. De plus, pour 2030, la Belgique devrait atteindre 35 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre non industriels.

Enfin, la coupole d’ONG CNCD – 11.11.11. critique le peu de moyens engagés à ce stade et plus particulièrement le leurre des mécanismes de financements climatiques.

Je souhaiterais aborder les points suivants.

Quels sont les arguments de Monsieur le Ministre concernant les constats d’échec sans appel détaillés dans le rapport de l’Agence européenne de l’Environnement ainsi que dans celui de la Commission européenne ?

L’utilisation des « flexibilités » semble une des seules solutions, à politique inchangée, pour tendre vers les objectifs déterminés par les Accords de Paris. Ces achats des droits d’émission devront se faire d’ici 2020.

Monsieur le Ministre a-t-il une estimation du dépassement des émissions de CO2 de la Wallonie ?

A-t-il budgétisé ces dépenses attendues pour les caisses de la Wallonie? Quels en sont les montants ?

Quel mécanisme de financement prévoit-il pour couvrir les coûts wallons ?

Quel est son point de vue sur les constats de la coupole des ONG CNCD – 11.11.11 ?

Réponse :

Pour rappel, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont différents pour les secteurs qui relèvent de la Directive européenne sur les échanges d’émissions (ETS) et les autres secteurs (non ETS). Les résultats évoqués par l’honorable membre sont ceux liés à l’objectif européen, des secteurs non ETS, de réduction de -15 % de GES à l’horizon 2020 par rapport à 2005.

L’étude mentionnée dresse une analyse des rapportages obligatoires des États membres dans le cadre du suivi des émissions de gaz à effet de serre. Plus exactement, sont repris ici les résultats des projections réalisées sur base de modélisations. Les seuls résultats des projections disponibles qui ont été rapportés correspondent au scénario de référence, c’est-à-dire celui qui intègre les effets des politiques et mesures déjà décidées fin 2016. Les projections de référence nous indiquent que la Belgique attendra l’objectif européen en non-ETS en intégrant notamment tous les efforts de réduction obtenus durant la totalité de la période. Les crédits supplémentaires nécessaires sont déjà achetés. Il s’agit bien sûr d’un résultat agrégé, intégrant les projections réalisées par les trois régions.

En ce qui concerne la Wallonie, notre scénario de référence prévoit une réduction de ± -19 % de GES en 2020 dans le secteur non-ETS. C’est aussi largement au-delà de l’objectif de -14.7 % assigné à la Wallonie dans le cadre du partage de la charge intra-belge des objectifs 2020. Nous n’avons pas besoin de crédits supplémentaires.

Concernant le constat du CNCD, il me paraît évident que les « bons résultats » pour 2020 ne nous dispensent pas de mettre en œuvre sans tarder des politiques et mesures additionnelles. Cette démarche volontariste est aussi clairement au cœur de la résolution climat récemment adoptée au sein de cette assemblée à l’unanimité des partis politiques. En effet, le défi mondial formalisé dans l’Accord de Paris de la COP21 a conduit à un engagement ferme de l’Union européenne d’atteindre au moins une réduction de -40 % des émissions de GES d’ici 2030 par rapport à 1990. Traduit dans le seul secteur non-ETS et en fonction de la répartition intra-européenne, cela représente un nouvel objectif belge de réduction de -35 % d’ici 2030 par rapport à 2005, à mettre au regard de l’objectif de -15 % en 2020.
De plus, comme j’ai déjà eu l’occasion d’en informer l’honorable membre, le Gouvernement travaille à l’établissement d’un nouveau Plan Air Climat Energie à l’horizon 2030 qui comprendra des politiques et mesures ambitieuses. Pour rappel, le nouveau PACE 2030, partie intégrant du Plan National Climat 2030, devra être finalisé pour la fin 2018, après avoir suivi un parcours de consultations de tous les acteurs wallons.

Featured

Conférence « Commercer avec la Chine »

Ce mardi, le PAC-Mouscron organisait une conférence autour du thème : « Commercer avec la Chine : Comment? Avec qui? Quelles perspectives pour les PME de WAPI »… une soirée riche d’échanges!

Featured

En commission budget du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles cet après midi…

En savoir plus —> https://goo.gl/xqFXvq

Featured

Samedi à Pékin

答复: Construction de la communauté de destin de l’humanité : responsabilité…

Featured

Samedi à Pékin

Une nouvelle journée commence à Pékin : Séminaire sur la communauté de destin de l’humanité et responsabilité politique. Je vais intervenir cet après midi sur la coopération entre partis politiques.