Réponse à une question écrite sur l’entreprenariat féminin

Réponse de Pierre-Yves Jeholet, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation

Question :

Le Gouvernement wallon a souhaité faire émerger des générations entreprenantes en poursuivant les actions de soutien et d’accompagnement à l’entreprenariat féminin et améliorer leur coordination.
Une mission déléguée a été confiée à l’Agence pour l’Entreprise et l’Innovation (AEI) afin de concevoir et mettre en œuvre un programme pluriannuel 2015-2020 de soutien à l’entreprenariat féminin. Les femmes représentent encore une minorité parmi les chefs d’entreprise et entrepreneurs alors qu’elles pourraient explorer de nombreux domaines et y faire valoir leurs compétences.

Deux appels à projets thématiques ont été mis en œuvre par l’AEI. Ils ambitionnaient d’agir significativement sur l’envie, l’audace, l’ambition et les possibilités d’entreprendre.
En 2016, la thématique était le développement de l’entreprenariat féminin dans le secteur numérique. Les 4 lauréats étaient Crédal, Womanity, Interface 3 et l’Union des agricultrices wallonnes. La thématique de l’appel à projets 2017 se centrait sur « le management collaboratif et l’entreprenariat coopératif conjugués au féminin ».

Je souhaite aborder les points suivants.

Quels sont les indicateurs de réussite choisis par le comité d’accompagnement des lauréats de l’appel à projets de 2016 ?

Quels sont les effets attendus dans le secteur du numérique des projets soutenus lors de cet appel à projets ? Ces projets seront-ils pérennisés et sous quelles conditions ?

L’appel à projets de 2017 est clôturé. Le jury a délibéré en juin 2017.

Monsieur le Ministre pourrait-il nous préciser le nombre de projets introduits et les projets retenus ?

Quelle sera la thématique proposée par l’appel à projets de 2018 ? Pourrait-il nous en préciser le calendrier ?

Le budget consacré en 2016 était de 80.000 euros, celui de 2017 de 130.000 euros. Quel sera le budget consacré à l’appel à projets de 2018 ?

Réponse :

Les effets des actions menées sont mesurés tant par des indicateurs chiffrés que par des éléments qualitatifs.

Pour l’appel à projets de 2016 relatif « le numérique et les métiers du numérique », sur 13 projets qui avaient été déposés, 4 ont été retenus. L’indicateur était le « nombre de femmes touchées ».

Les projets sélectionnés lors de cet appel étaient :

– « Numeriqu’Elles », porté par Crédal dont le public cible était des entrepreneures et indépendantes en Brabant wallon actives dans le secteur traditionnel et voulant utiliser les outils numériques.
Le projet a touché 108 femmes.

– L’Union des Agricultrices wallonnes : ce projet avait pour objectif de permettre aux agricultrices, souvent moteurs d’innovation dans les exploitations, de mieux appréhender les outils numériques et leur impact sur la gestion et le développement innovant des exploitations et de diffuser cette attitude tournée vers l’avenir vers l’ensemble du réseau.
Le projet a touché 168 femmes.

– Interface 3 Namur : dédié aux femmes inoccupées et porteuses d’un projet, il propose une combinaison entre acquisition de compétences numériques et renforcement personnel indispensable pour entreprendre.
Le projet a touché 8 femmes.

– Womanity : ce projet a combiné les différentes dimensions de l’entrepreneuriat féminin et du digital pour apporter une réponse cohérente aux freins qui y sont liés.
Les ateliers de transformation professionnelle ont touché 95 femmes et les ateliers de digital coaching en ont touché 60.

Les effets attendus portent sur l’entrepreneuriat chez les femmes, le numérique en constituant une thématique nécessaire pour le stimuler. C’est donc en ces termes que l’analyse des projets a lieu. Concrètement, ces actions ont permis aux femmes qui en ont bénéficié de prendre conscience de l’importance de l’informatique dans la mise en œuvre de leur business.

Quant à l’appel à projets 2017 « Le management collaboratif et les formes coopératives », les lauréats sont Credal, Union des agricultrices wallonnes, Femmes actives en réseau, Alpi, Femmes chefs d’entreprises de Belgique et Syneco

Pour ce qui concerne les actions qui seront menées en 2018, une analyse plus précise des résultats obtenus au regard des orientations à prendre doit encore avoir lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *