Réponse à une question écrite sur le projet européen « Régional Creative Industries Alliance » (RCIA)

Réponse de Monsieur Pierre-Yves Jeholet, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation

Question :

La Wallonie a été reconnue comme « District Créatif européen» (2013-2015) par la Commission européenne. Depuis, le projet RCIA devait permettre à la Wallonie de solidifier l’aura de sa politique de développement par l’économie créative.

Concrètement huit régions européennes, dont la Wallonie, échangent plus de 40 bonnes pratiques. Avec un budget, financé à 85 % par le Fonds européen de développement régional (programme INTERREG V C Europe), ce projet vise notamment à stimuler la croissance de nos PME, ancrer nos industries culturelles et créatives (ICC) dans les secteurs en tant que leviers d’innovation et de compétitivité ainsi que développer l’attractivité et l’image innovante de notre Région.

Monsieur le Ministre pourrait-il me préciser le budget total sur base annuelle déjà consacré par la Wallonie à ce projet ?

Quelle est la planification des dépenses jusqu’en 2021 ?

Concrètement, pourrait-il me détailler les bonnes pratiques wallonnes mises en exergue par le projet RCIA ?

Pourrait-il nous en détailler les conséquences positives optimalisant l’attractivité économique de nos villes ?

Pourrait-il nous présenter les 8 plans d’actions régionaux et leurs résultats attendus au niveau des PME et de nos entreprises wallonnes ?

A-t-il planifié des moments d’évaluation au niveau wallon de ce projet en cours de parcours ?
Quels en sont les indicateurs de réussite appliqués ?

Pourrait-il nous présenter les conclusions et perspectives issues de ces moments d’évaluation ?

Réponse :
Le projet a débuté en 2017 (kick-off meeting à Vienne le 1er mars 2017). Pour le premier semestre 2017, 27.919,74 euros ont été consacrés au projet.

Au niveau wallon, un budget de 251.650 euros est prévu jusqu’en 2021. Les dépenses seront plus élevées lors des trois premières années pendant lesquelles auront lieu les visites d’étude et les échanges de délégations (phase 1). La seconde phase verra la mise en œuvre des plans d’action régionaux établis sur base des bonnes pratiques européennes identifiées par chaque partenaire.

Par ailleurs, lors de la visite d’étude qui a eu lieu du 22 au 24 mai 2017 en Wallonie, les partenaires européens du projet ont pu visiter le hub créatif de Namur TRAKK, ID Campus et la Design Station à Liège. Ils ont assisté à des présentations sur Creative Wallonia, la Semaine de la créativité, les Hubs créatifs et plus spécifiquement le TRAKK et le Hub créatif de Liège ainsi que d’autres projets. Cette visite d’étude a permis aux participants de rentrer en contact avec les représentants de ces différentes actions.

Au niveau wallon, les 7 hubs créatifs (à Namur, Liège, Mons, Louvain-la-Neuve, Charleroi, Luxembourg, Tournai) ont pour finalité de piloter leur écosystème local à travers la transformation des territoires de l’économie créative. Ils doivent soutenir les acteurs clés de l’économie créative, stimuler l’entrepreneuriat créatif et ont pour objectif de « convertir » les PME des secteurs traditionnels à l’économie créative en raison de leur potentiel de collaboration intersectorielle. À travers RCIA, la Région cherche des bonnes pratiques permettant de répondre à certains défis pré-identifiés et améliorer les mécanismes existants : assurer une meilleure collaboration croisée entre industries culturelles et créatives d’une part, et entreprises « traditionnelles » d’autre part, réduire les risques possibles de dilution de l’effort régional dû à la diversité des groupes cibles, améliorer la gouvernance des partenariats entre le public et le privé, réfléchir à des mécanismes financiers pour assurer la durabilité des actions.

Concernant l’élaboration des plans régionaux, ceux-ci seront élaborés entre la mi-2018 et la fin 2019.
Un rapportage semestriel est attendu de chaque partenaire, et un « stakeholder local group » est régulièrement réuni afin d’être informé sur les avancées du projet et de contribuer aux activités du consortium (visites d’étude, identification des forces et besoins de la Région et de ses bonnes pratiques, informations sur les bonnes pratiques des régions partenaires).

Les indicateurs de réussite appliqués sont le nombre de PME atteintes par le projet, ainsi que le nombre de personnes avec des capacités professionnelles accrues dues à leur participation dans des activités de coopération interrégionale.

La présentation de conclusions à ce moment du projet ne serait pas pertinente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *