Réponse à une question orale sur « Le cadastre des unités de biométhanisation »

Réponse de Monsieur le Ministre Jean-Luc Crucke, Ministre du Budget, des Finances, de l’Energie, du Climat et des Aéroports

Question :

Monsieur le Ministre, dans le mix énergétique wallon, il y a certainement de la place pour la biométhanisation et je ne parle pas ici d’une biométhanisation sur base de produits végétaux importes de l’autre bout du monde, mais bien d’une production locale.

Je ne vais pas vous rappeler, même si c’est écrit dans mon texte, ce qu’est la biométhanisation. J’imagine que vous connaissez cela beaucoup mieux que moi. Disons simplement que c’est un processus qui émet très peu de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et qui a un bilan carbone que l’on considère généralement comme neutre, ce qui est quand même un avantage.

Je voulais simplement vous demander si vous aviez pu faire l’inventaire dans le cadre du Plan Energie-Climat des unités installées en Wallonie.
Comment voyez-vous – même si vous l’avez rappelé tout à l’heure, je ne peux pas vous interroger sur vos intentions – sur base de ce cadastre, comment voyez-vous la biométhanisation un peu dans ce que j’appelais ce mix énergétique wallon ?

Y a-t-il a des projets en cours, concrètement, de construction ?

La Wallonie accorde des primes à l’investissement en la matière. Pourriez-vous nous détailler comment évoluent ces primes ? Combien en ont déjà été accordées ?

Voilà, je ne serai pas plus longue, je vous remercie de vos réponses.

Réponse :

Madame la Députée, je vais essayer de vous répondre précisément. Je ne savais pas que vous vous intéressiez à la biométhanisation, mais je vous en félicite. Je trouve que c’est une matière particulièrement utile et d’avenir, sans évoquer le dossier qui est celui dont tout le monde parle, mais dont personne ne connaît aujourd’hui la décision qui sera prise.

Pour les unités décentralisées de biométhanisation, à l’heure actuelle, il y a 46 unités de biométhanisation qui sont recensées sur le territoire wallon.

Le panorama de la filière en Wallonie est disponible sur le site de l’administration de l’énergie et est régulièrement mis à jour. Vous pouvez donc retrouver les 46, je n’ai pas la liste ici, mais ils ont vraiment individualisés sur une carte à la fois. On visualise et vous avez tous les détails par rapport aussi au type de biométhanisation qui est utilisé. C’est vraiment bien fait. C’est sur le site de l’administration de l’énergie.

Cette année, il y a deux unités de biométhanisation agricole qui ont été inaugurées, une à Auch et l’autre à Viroinval, ainsi que quatre unités d’autoconsommation.

Pour 2018, un projet de biométhanisation est prévu à Herstal et une dizaine d’autres projets à différents stades de maturité sont en cours de préparation. On est donc dans une filière qui croît, c’est l’évidence.

Actuellement, les unités de biométhanisation reçoivent des certificats verts. Il existe également d’autres aides octroyées par la DGO6 telles que les aides UDE, FEADER. Des aides complémentaires existent également comme les aides ISA pour ce qui est inférieur à 10 kilowatts, les chèques technologies et les déductions fiscales.

Comme précisé dans la DPR de juillet 2017, la filière biomasse sera soutenue de manière à assurer la maîtrise du coût et l’impact sur l’emploi, de la performance environnementale et de l’efficience du soutien. Je considère pour ma part que c’est une filière qui est vraiment très complémentaire. Souvent, on dit que la Wallonie a été la Wallonie du charbon et de l’acier, la métallurgie. Demain, cela peut être le Wallonie du vent et du soleil. Mais, la biométhanisation a sa place par la méthodologie même de production qui est la sienne. C’est donc vraiment quelque chose sur laquelle on doit, je crois, être attentif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *