Projet Mozaïk : Mon intervention au Conseil Communal de Mouscron ce 16 janvier 2017

PS MOUSCRON
Rue du val, 10
7700 MOUSCRON Mouscron, le 16 janvier 2017

Objet : Projet Mozaik – Conseil Communal du 16 janvier 2017

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevins et Conseillers,

Le projet Mozaïk est apparu dans le paysage mouscronnois, il y a 18 ans déjà…
18 années d’allers et de retours autour d’un projet qui a beaucoup évolué dans un cadre commercial global qui a beaucoup évolué lui
aussi.

Malgré la communication plutôt contradictoire et imprécise du bourgmestre sur ce dossier : « On reprend tout à zéro » titre le Courrier
de l’Escaut le vendredi 13 janvier et le « les promoteurs devront à nouveau se pencher uniquement sur la partie voirie du dossier » de
Michel Franceus dans le Nord Eclair du 14 janvier … il y a plus que de la nuance ! Et je pense qu’en la matière c’est le président d’IEG qui a
raison.

Entre les 6 millions cités dans la presse par le bourgmestre et les 8 millions de Michel Franceus… il y a un écart qui n’échappe à personne
et entre l’usage qui a été fait des dividendes, versés aux communes (selon Michel Franceus) ou pas (selon le Bourgmestre)… là aussi
quelques éclaircissements s’imposent.

D’autre part, si, effectivement ces terrains revenaient à IEG, qui manque cruellement de terrains à vendre, ils ne resteraient pas en jachère, ils
seraient revendus ! Et donc quel est le bénéfice attendu de cette vente si elle devait avoir lieu ?

La majorité fait de l’enfumage autour de ce dossier, en essayant de nous faire croire à un scénario catastrophique qui mettrait l’intercommunale
IEG en difficulté ! Je tiens à rappeler que lors de la législature précédente, dans le cadre des négociations de la Grand-Place et du
Centre Administratif, le PS avait obtenu des engagements du CDH en ce qui concerne la redynamisation du centre ville et que nous sommes
revenus à ce sujet à de nombreuses reprises.

Venons en au fond, nous avons, par le passé, toujours soutenu ce dossier, nous en espérions une création d’emplois importante et une
augmentation de l’attractivité de la région et nous l’avions conditionné à la redynamisation du centre ville.

Entretemps, le moins que l’on puisse dire est que les choses ont évolué.

Le centre commercial « Les Dauphins » s’est implanté avec succès. A Estaimpuis le « Mains et Sabots » attire son lot de clientèle belge et
française, et comme le soulignait, le Nord Eclair dans son article du 14 janvier, pas moins de 18 centres commerciaux sont actifs dans un rayon
de 30 minutes de Mouscron.

Entretemps aussi, le commerce en centre ville s’est fortement dégradé. La Grand Place même rénovée ne suffira pas à créer la dynamique
suffisante pour relancer le petit commerce.

La majorité actuelle a fait le choix de laisser en place les chancres qui enlaidissent le centre ville : l’Eden et le Sarma… à quand un vrai projet
de rénovation, à quand un vrai projet commercial pour le centre ville ?

Nous avions espéré lors de la dernière commission consacrée au commerce… mais nous ne voyons toujours bien venir !

Quels moyens seront consacrés au petit commerce ? Il ne suffit pas d’organiser des festivités, il faut un véritable plan de sauvetage pour le
commerce en centre ville !

Cela devient indécent de répéter sans cesse « il fait bon vivre à Mouscron » tout en ne prenant pas à bras le corps cette question
essentielle de la dynamisation du centre ville et en parallèle de ne pas remettre en question des projets dont on sait, par nature, qu’ils
n’apporteront pas de plus value à la dynamique commerciale de Mouscron.

Le Collège s’est déclaré pour le projet Mozaïk et le Bourgmestre disait à la presse dans la même phrase qu’il était aussi d’accord avec
l’opposition des responsables de l’UCM (Nord-Eclair du 21 décembre 2016). Pour l’UCM, le développement de ce centre commercial est, en
effet, une entrave de plus au commerce local. Depuis il semble que le Bourgmestre se soit positionné en faveur de Mozaik, est-ce bien toujours
le cas ?

Dans son avis OC/16/AV.243SH du 7 décembre 2016, l’Observatoire du commerce du Conseil Economique et Social de Wallonie estime que le
projet proposé n’est pas opportun à l’endroit concerné. Il a émis une évaluation globale négative sur la majorité des critères établis par la
législation relative aux implantations commerciales (protection du consommateur, protection de l’environnement urbain, mobilité durable).

Il a par ailleurs mis en évidence le non respect, d’une part, du SRDC (et du SDER) et, d’autre part, de certaines recommandations établies par
l’étude d’incidences (éviter le semi-courant léger, mobilité). Aucun élément de nature à justifier que l’on s’écarte du SRDC (ou du SDER),
lequel préconise de limiter le développement de nodule de soutien de (très) petite ville n’est avancé. Il en va de même pour ce qui concerne les
recommandations de l’étude d’incidences qui ne sont pas prises en considération. L’Observatoire du commerce émet par conséquent une
évaluation globale négative du projet au regard des quatre critères établis par l’article 44 du décret du 5 février 2015 relatif aux
implantations commerciales. Dans la mesure où l’Observatoire du commerce est défavorable en ce qui concerne l’opportunité du projet et
où il a émis une évaluation globale négative du projet au regard des critères imposés par l’article 44 du décret du 5 février 2015 relatif aux
implantations commerciales, il émet un avis défavorable pour la construction d’un nouveau complexe commercial d’une SCN de 36.494 m2 à Estaimpuis/Mouscron.

Pour toutes ces raisons, nous voterons contre ces créations de nouvelles voiries. Il paraît, d’autre part, incompréhensible que ces permis
aient pu être oubliés car en mai 2016, la société Audima présentait le projet aux riverains en insistant sur la création d’un nouveau rond point
sur la N511 à la sortie de l’autoroute A17 ainsi qu’une nouvelle voirie longeant Famiflora pour relier la nationale à la rue Jules Vantieghem.

A cette époque, les promoteurs annonçaient espérer drainer quelque 10 millions de visiteurs 3 ans plus tard alors qu’Euralille accueille 12 millions
de visiteurs par an… cela ne semble pas très réaliste dans le paysage commercial d’aujourd’hui.

Les Mouscronnois attendent une véritable dynamisation, un véritable soutien au commerce local et pas la mise en place poussive de projets
du passé.

Nous avons pris la mesure des évolutions du commerce mouscronnois et nous plaidons pour un soutien efficace aux projets de demain, à une
politique commerciale dynamique !

Oui, nous avons changé d’avis ! Nous le faisons parce que les choses ont évolué, parce qu’entre temps la situation s’est fortement dégradée au
centre ville et que les centres commerciaux qui ceinturent Mouscron ont trouvé leur clientèle et leur place dans le paysage commercial régional.
Ce projet arrive trop tard !

Ce dont nous avons besoin aujourd’hui c’est de volonté politique et de créativité… deux qualités qui manquent cruellement dans ce dossier.

Questions :

• D’où provient la différence de 2 millions entre les propos du bourgmestre et du président d’IEG ?

• Quelle serait la somme récupérée par la vente des terrains dans l’hypothèse d’un rachat de ces mêmes terrains par IEG ?

• Quelles mesures précises comptez vous prendre afin de soutenir le petit commerce à Mouscron et celui du centre ville en particulier ?
Quels montants financiers comptez vous y consacrer ?

• Que comptez vous faire de l’avis de l’Observatoire du Commerce du Conseil Economique et Social de Wallonie ?

Christiane VIENNE
Cheffe de groupe PS

One Comment

  1. Pierre Vanhoorenbeeck Répondre

    Au vu des modes d’achats des clients d’aujourd’hui, un commerçant n’a plus les moyens de payer les charges d’un petit commerce !
    Tel que les magasins Multi -services financés par les mairies dans les petits territoires français pour redynamiser les villages. Les petites villes (comme Mouscron) devraient investir dans leurs centre ville en aidant financièrement les commerçants. De plus de nombreuses personnes souhaiteraient relancer une activité mais n’osent plus se tirer une balle dans l’pied. !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *